{$TEXT.titleRootline}


Sous le signe des tarifs ambulatoires

Grâce à de bons arguments et à la pression exercée via les médias, H+ a obtenu des améliorations de la structure tarifaire ambulatoire TARMED promulguée sous forme d’ordonnance par le Conseil fédéral.

Sur le plan médiatique, H+ a principalement porté l’accent sur les tarifs ambulatoires, et plus précisément sur le TARMED. Le signal de départ a été donné en mars par le Conseil fédéral qui annonçait une seconde intervention dans le tarif des prestations médicales ambulatoires, après que les partenaires ne sont pas parvenus à s’entendre sur une révision de la structure. A ce moment-là, mais également durant les mois qui ont suivi, H+ s’est mobilisée avec force pour une rémunération adéquate des prestations ambulatoires des hôpitaux et des cliniques.

H+ a vigoureusement combattu les coupes prévues par la Confédération pour les groupes de patients qui nécessitent davantage de temps – comme les enfants, les personnes âgées souffrant d’affections chroniques ou les malades psychiques. H+ a aussi systématiquement rappelé que le déficit du secteur ambulatoire des hôpitaux et des cliniques se creuse toujours plus. Si celui-ci va encore augmenter avec l’intervention de la Confédération qui entre en vigueur dès janvier 2018, H+ a obtenu une victoire partielle: le temps consacré aux groupes de patients précités restera facturable. Et dans la dernière ligne droite, il a été possible d’éviter une très laborieuse procédure de garantie de prise en charge des coûts moyennant une adaptation de l’ordonnance.

Communication factuelle mais ferme
H+ tient à une communication factuelle, aussi bien avec les partenaires et les autorités qu’avec le public. Il a donc été indispensable d’intervenir de manière posée sur la forme et percutante sur le fond et de mettre publiquement en évidence les effets de l’intervention du Conseil fédéral sur l’offre en soins, sans participer pour autant au jeu du Pierre Noir.

A l’avenir, H+ restera un partenaire fiable dans la recherche de compromis si une nouvelle structure tarifaire pour l’ambulatoire s’avère tout de même envisageable. L’objectif consiste à trouver des solutions en faveur de la branche, à sensibiliser le public aux enjeux pour les hôpitaux et les cliniques et à poursuivre sur la voie d’une communication factuelle et transparente, afin de préserver la grande crédibilité dont le secteur jouit au sein de la population.

Contact


Dorit Djelid

Cheffe du département Communication, porte-parole Membre de la Direction

Conrad Engler

Responsable technique Public Affairs, Chef adjoint du département Communication