{$TEXT.titleRootline}


Nouveaux progrès grâce à une base de données de qualité

Le développement de ST Reha a pu se poursuivre en 2017 en se référant à des données de très bonne qualité. En décembre, SwissDRG SA a présenté la version 0.5 aux partenaires. Pour renforcer encore le lien avec les prestations, il faut que H+ précise d’abord leur définition dans DefReha©.

En se fondant sur des données traitées à l’aide d’outils numériques, SwissDRG SA poursuit le développement de la structure tarifaire ST Reha. Au printemps 2017, 40 établissements ont transmis leurs cas stationnaires 2016. Le set de données ST Reha comprend d’une part les caractéristiques des patients, par exemple les fonctions de la vie quotidienne (assessments ADL) relevées chaque semaine de manière standardisée, et d’autre part les données de coûts des prestations, relevées également à un rythme hebdomadaire. Cette manière de faire, désormais établie, permet à la Haute école zurichoise en sciences appliquées (ZHAW) de recourir à des méthodes statistiques pour la formation des groupes de patients, sur mandat de SwissDRG SA.

Structure tarifaire avec des groupes de patients clairement définis

Le but est de construire une structure tarifaire qui, au sein de chaque groupe, réunit les cas semblables du point de vue de la gravité et des coûts et parallèlement distingue les groupes les uns des autres selon des critères clairs. Ainsi, une différence de coût de CHF 50 au minimum par jour est fixée pour séparer les groupes. Les systèmes IT effectuent avec fiabilité les calculs sur la base de méthodes statistiques. Sans de tels outils, il serait impensable d’élaborer des structures tarifaires reposant sur des données.

Continuité avec des effets positifs sur la qualité des données
La branche attendait avec grand intérêt les effets d’une année supplémentaire de relevés de données sur la nouvelle version de ST Reha (0.5). La situation des données s’est révélée encore plus stable que l’année précédente. Le fait que nombre des 40 cliniques participantes livrent leurs données depuis plusieurs années a eu un effet particulièrement positif sur la qualité. Conséquence: la part des cas qui ont pu être retenus pour l’analyse a encore augmenté, bien que les critères soient plus stricts. Dans les quatre groupes de prestations, il en est résulté des systèmes de groupage qui attribuent chaque cas sans équivoque à un groupe de degré de gravité.

En 2017, SwissDRG SA a chargé la ZHAW de réaliser d’autres groupeurs, sur la base d’une classification effectuée sur quatre semaines et non pas hebdomadaire. Cette question du rythme de groupage le plus favorable à l’application de la structure tarifaire a suscité d’intenses discussions en fin d’année.

Report de la détermination de rémunérations supplémentaires
SwissDRG SA n’a pas suffisamment précisé les spécifications pour les relevés de données supplémentaires des prestations chères hors réadaptation, telles que la dialyse ou les médicaments oncologiques. Il n’a donc pas été possible de calculer des rémunérations supplémentaires reposant sur des données. Ce n’est pas l’évaluation qui s’est révélée problématique, mais le fait qu’il n’a pas été possible de déterminer la fréquence d’apparition de telles prestations sur l’ensemble du set de données ST Reha.

Il n’est pas imaginable qu’une structure tarifaire de la réadaptation stationnaire puisse être appropriée si elle n’indemnise pas séparément les coûts des prestations nécessaires hors réadaptation. Les structures tarifaires reposant sur des systèmes forfaitaires et de formation de groupes touchent ici à leurs limites. Les prestations complexes de la réadaptation ne peuvent pas être représentées correctement sans rémunérations supplémentaires.
Cela ne changera pas avec le remplacement du lien avec le degré de gravité par un lien avec la prestation, comme l’a décidé et imposé SwissDRG.

A l’avenir, il reste à décrire les prestations avec pertinence et à développer les codes qui en découlent. Ces travaux sont nécessaires pour réaliser une structure encore plus étroitement liée aux prestations. H+ a donc entamé en 2017 déjà une révision de DefReha© qui consiste à décrire clairement les prestations nécessaires de la réadaptation stationnaire.